La thématique du mois de mars est les startups. Le 11 mars dernier, c’était la journée des startups, alors on s’est dit : pourquoi ne pas étirer cette belle festivité en offrant du contenu afin d’en savoir plus sur la façon d’accompagner nos petites petites entreprises.

La question qui tue : comment aider les startups à avoir tout ce qu’il faut pour être en affaires? Selon l’expérience d’Alexandre, voici ses conseils sur :
– les trucs à donner aux petites entreprises;
– comment sensibiliser les entrepreneurs à l’importance d’une base solide;
– et comment valoriser l’autovalidation avec une checklist annuelle.

Quels sont tes trois trucs pour accompagner un entrepreneur qui se lance en affaires?

Attention! Les accompagnateurs d’expérience ne seront pas surpris.

1. Voir au-delà du projet et au-delà du plan d’affaires. Plus souvent qu’autrement, le papier ne rend pas justice à l’entrepreneur et aux résultats financiers potentiels.
2. Ne pas porter de jugement. C’est un exercice qui n’est pas évident. Plus le conseiller aux entrepreneurs a de l’expérience, plus il est difficile de faire abstraction de son expérience. Effectivement, nous avons tous des biais comportementaux, cognitifs, émotionnels, et il faut les mettre de côté pour évaluer un projet dans son ensemble.
3. Écouter activement. L’interaction avec l’entrepreneur est essentielle. Il doit apprendre à faire confiance, en plus de comprendre l’importance de l’accompagnement. Il faut lui porter intérêt afin de pouvoir aller chercher de l’information supplémentaire.

Quelles sont les bases en entreprise que les entrepreneurs doivent connaître ?

Les bases doivent être flexibles et agiles. Essayez de ne pas trop encourager les investissements majeurs et risqués  qui créent trop d’obligations (faites preuve de jugement selon le projet). L’objectif est d’être en mesure de s’adapter rapidement.

Comment sensibiliser les entrepreneurs à l’importance d’avoir des bases solides en entreprise?

Posez des questions d’impact. Le but est de les amener à poser des actions qui se déclinent en plan. En tant que conseiller aux entreprises, assurez-vous de faire un suivi sur ce plan.

Quels rappels les conseillers aux entreprises devraient-ils faire aux entrepreneurs pour s’assurer qu’ils ont tout en main?

Les entrepreneurs vont toujours oublier quelque chose. C’est une constante et c’est normal puisqu’il y a tellement de choses à prévoir. Un plan de contingence est important. Toutefois, il est impossible d’en avoir un pour tout. La pandémie est un bon exemple. Connaissez-vous un entrepreneur qui avait prévu vivre une pandémie lors de son lancement? La réponse: non. Donc, l’idée est d’encourager les entrepreneurs à miser sur l’agilité en lien avec sa vision afin d’assurer qu’il y ait une orientation claire dans ses décisions.

À quelle fréquence l’entrepreneur devrait-il s’autovalider?

On suggère à l’entrepreneur de faire une réflexion stratégique une fois par an. Pour une petite entreprise, pas besoin de s’emballer et de faire une planification stratégique très poussée. La réflexion nécessaire est moins exigeante pour la très petite entreprise, et plus pertinente pour la PME. Trimestriellement, il est intéressant de se référer à cette réflexion et d’ainsi réajuster continuellement son alignement.

 

Pin It on Pinterest